Arnolphe Est Un Personnage Comique Dissertations

Arnolphe, un personnage tragique ?

Personnage complexe : antipathique, grossier mais souvent très drôle ; a même parfois des accents tragiques.
à qui est Arnolphe en réalité ? Esquisse d’unportrait.

a) Un personnage antipathique, un « antihéros »
· dans ses rapports aux autres :
- les femmes : n’éprouve que mépris pour elles (les juge mauvaises, perfides, rusées, d’humeurchangeante...) + selon lui, elles ne sont nées que pour obéir à un mari.
- les autres en général : se moque, rit des malheurs des autres (maris trompés en particulier !)
· dans son caractère :
- vaniteux,imbu de lui-même
- égoïste cynique et sans scrupules
- calculateur et arriviste, préoccupé surtout par son ascension sociale et l’image que la société a de lui
- hypocrite : raisonneur,sentencieux, moraliste, toujours prêt à faire la leçon (de morale) mais n’hésite
pas à détourner la morale à ses propres fins quand ça l’arrange.
· dans ses attitudes et ses idées :
- vulgaire, grossierdans ses attitudes et son langage
- idem pour ses idées qui provoquent révolte et dégoût... rire aussi !

b) Un personnage comique
- personnage qui provoque le rire : émeut rarement, même dansses moments de sincérité (ce qui
pourrait, dans un autre contexte, émouvoir, prend ici des allures de farce tant le personnage est
ridicule et antipathique
- comique de la situation danslequel Arnolphe est pris : au début, fait des gorges chaudes sur les maris
trompés, se pose en « spécialiste du cocuage » croyant savoir les précautions à prendre pour ne pas
être cocu, mais...retournement de situation ! Lui qui voulait ravaler Agnès à un rôle végétatif et
soumis devra se ravaler lui-même au rang de mari soumis et complaisant, faire des concessions
humiliantes...

c)Un personnage tragique
· Il souffre réellement :
- douloureuse prise de conscience, rien ne lui est épargné : doit tout entendre sans broncher, même pas
possibilité d’épancher sa douleur et...

Arnolphe est un personnage comique.

Le langage qu'il utilise dans le monologue lorsqu'il apprend qu'Agnès l'a laissé pour un homme plus jeune le montre. (Acte IV, Scène 1) : "godelureau", "s' amourache". N'oublie pas le comique de situation : Arnolphe a quand même séquestré Agnès durant treize ans pour en faire ce qu'il en voulait "mitonner". Mais malgré, tout cela Agnès le laisse tomber. C'est bien fait pour lui.

Cependant, son personnage n'est pas uniquement comique.

Dans la même scène, tu peux trouver le registre élégiaque (de la souffrance, de la plainte) : "Et je sens là dedans qu’il faudra que je crève
Si de mon triste sort la disgrâce s’achève." Le départ d'Agnès l'a contrarié. "

Tu peux aussi voir l'amertume d'Arnolphe quand il insulte Agnès de "traîtresse". Il est bouleversé qu'Agnès ait pu commettre cet acte : "de tout ce qu'elle a fait elle n'est point émue" et avec l'hyperbole "qu'elle me mette à deux doigts du trépas". Il exprime ce qu'il ressent et il n'est plus aussi drôle.

Il peut même susciter terreur et pitié (tu verras donc ici les caractéristiques de la tragédie). Il montre qu'il tenait à Agnès et qu'il est triste qu'elle soit partie. Cependant, il est aveuglé par son obessesion de se venger d'Horace (l'amour d'Agnès) : "godelureau", "crève", "mitonner", "amourache", "sot". Il fait peur mais il devient ridicule en utilisant ce vocabulaire. Le dernier vers semble être un avertissement de sa vengeance : "et de moi tout à fait vous ne rirez point".

Il veut se venger d'Horace mais l'amour pour Agnès est quand même toujours présent : "J'étais aigri, fâché, désespéré contre elle (...) Jamais je n'eus pour eux des désirs si pressants".

Enfin, tu peux terminer en montrant le mélange de registre comique et tragique. Arnolphe montre son désespoir dans une scène ridicule. L'IV, 1 est donc une parodie de la tragédie. Boileau fait pareil en parodiant Le Cid de Corneille. Chapelain se plaint d'avoir perdu sa perruque alors que Don Diègue se plaint de sa vieillesse. Le ton est héroïco - comique dans ces comédies : on se sert d'un style élevé pour parler d'un sujet bas.

Tu peux faire remarquer les réécritures ne servent pas qu'à rendre hommage mais aussi à critiquer Montherlant avec La mort qui fait le trottoir (le nom n'est pas une blague!) rend hommage au Dom Juan de Molière et à Tirso de Molina, celui qui a créé le mythe de Don Juan.

P.S. : Je n'ai étudié que IV, 1. C'est pour cela que mon analyse est très pauvre.

0 thoughts on “Arnolphe Est Un Personnage Comique Dissertations”

    -->

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *